Amandine • 22 ans • France

Piercée, tatouée, vaccinée.

_Quelque part entre les livres, le monde, tumblr, l'encre, la vie, le soleil, les concombres, la musique, la bière et les Doc Martens.

en-cas-de-bonheur:

___________________________it’s where my demons hide

Je crois que j’ai réveillé le Dragon-dépression. Mais ça ira. Je suis un roc.




je crois

Aujourd’hui, c’était le dernier partiel. Après la sociologie des organisations, après la médiation littéraire, c’était les politiques culturelles.

Le genre de trucs qui t’font douter que t’es en master édition…

Et du coup. Si on ne prend pas en compte le fait que je n’ai pas encore les résultats, si on ne prend pas en compte le stage qui arrive, et le mémoire à soutenir en juillet…

J’ai terminé mon M1. L’année est passée tellement vite, c’est impressionnant. Et puis j’suis un peu morose, parce que je sais qu’il y a des gens que j’reverrais pas, ils abandonnent.

Mais bon jusque lundi c’est les vacances, et je compte bien en profiter !

Mercredi 9 avril 2014

Le jardin.

J’ai enfin rendu mon gros projet d’ouvrage sur les barbus. J’y ai passé beaucoup de temps, sur ce bouquin. J’y ai mis une grosse part de moi-même. J’y tenais tellement.

Et au final putain, au final…

image

Hier, j’ai terminé Puzzle, de Franck Thilliez

La quatrième, je l’avais trouvé bof engageante. Un peu cliché:

"Accepteriez-vous de mourir… Dans un jeu ?
Ilan et Chloé sont spécialistes des chasses aux trésor. Longtemps, ils ont rêvé de participer à la partie ultime. Celle de ce jeu mystérieux dont on ne connaît pas les règles, seulement le nom : Paranoïa.

Le jour venu, ils reçoivent enfin la règle numéro 1 : Quoi qu’il arrive, rien de ce que vous allez vivre n’est la réalité. Il s’agit d’un jeu.

Suivie, quelques heures plus tard, de la règle numéro 2 : L’un d’entre vous va mourir.

Quand les joueurs trouvent un premier cadavre, quand Ilan découvre des informations liées à la disparition toujours inexpliquée de ses parents, la distinction entre le jeu et la réalité est de plus en plus difficile à établir.

Paranoïa peut alors commencer…”

Mais en fait j’ai vraiment été surprise. J’ai lu Thilliez pour la première fois quand il a sorti son deuxième livre, et qu’il était pas connu. C’était bien mais..

Putain, plus ce gars écrit, plus il s’enfonce dans des méandres sombres. Tout devient hyper scientifique, hyper technique. On sent les heures de recherche derrière chaque page.

Non seulement, ce livre m’a mise mal à l’aise, mais en plus il m’a fait réfléchir sur plein de trucs.

Et pour un thriller, c’est un très bon point.

Je hais les insomnies. Ces putains de longues heures qui s’étirent infiniment. Où tu ne peux rien faire d’autre que ressasser. Laisser monstres et fantômes te ronger. Te ronger. Te ronger.
Ces heures où la nuit est moins noire que tes pensées. Ces heures où l’homme devient loup, où les ombres deviennent monstres, où les réflexions deviennent angoisses.

Je déteste me battre contre moi-même, parce que je ne sais jamais qui est le perdant.

J’ai la trouille.

Là c’est le moment où tu ouvres ton agenda. Tu t’dis “oh vivement, dans deux semaines je suis en stage, j’ai hâte”.

Sauf que c’est deux semaines d’exams. Tu dois rendre ton projet tutoré (messieurs barbus je vous hais désormais), ton entretien de mémoire (15 pages ? easy), ton dossier sur le livre numérique, et réviser tes partiels.

La crise de panique est prévue dans 5, 4, 3, 2…

Changement d’heure. Lol.